esa petanque : site officiel du club de pétanque de ARQUES - clubeo

le mental

 

 

 

Mental ..

 


Cet article est un exemple très allégé du livre : Petanque - Apprentissage et technique.






Arrivé à un certain niveau, lorsque l’adresse, l’entraînement et la tactique sont au point, il n’existe pas grandes différences entre les joueurs. 

  Arrivé à un certain niveau, tout se joue au mental !  






  L’entente dans l’équipe : Il faut jouer avec des gens avec lesquels on se sente bien ! De bons joueurs peuvent ne pas atteindre leur plus haut niveau uniquement car ils sont tendus à cause d’un partenaire. La pétanque est un sport de concertation, où la confiance en soi et en autrui est primordiale. On propose, on donne son avis, on discute et ensuite on agit ! Avec l’accord et l’assentiment de toute l’équipe.

Par ailleurs, je suis totalement contre gronder un partenaire parce qu’il a mal joué. Ca n’empêche pas de lui signifier, s’il n’en est pas convaincu lui-même, qu’à votre avis, il devrait peut-être modifier son jeu : Il y a des joueurs dont ce n’est jamais la faute !     Ne parlementez pas 107 ans sur un coup précédent ! Une nouvelle mène commence, pensez à cette nouvelle mène : On ne refait pas le passé…
Il y a des personnes qui s’entendent en causant beaucoup et d’autres qui ne disent quasiment rien… Jouez avec celles qui vous ressemblent. En fin de partie, n'attendez pas que ce soit vos partenaires qui fassent des exploits : Prenez vos responsabilités !

Faites-vous plaisir ! Vous êtes sur le terrain pour passer un bon moment et vous faire plaisir, pas pour vous fâcher… Avec vos partenaires, comme avec vos adversaires d'ailleurs !  


  Gestion d’une partie : Vous pouvez connaître différents états dans une partie : Du calme, à l’énervement, en passant par la peur, la colère, la déception, la joie, l’étonnement et même le rire… Dans tous les cas, quand arrive l'instant où c’est à vous de jouer, vous devez prendre le temps d’évacuer l’état dans lequel vous étiez précédemment, pour ne plus penser qu’à votre geste à venir et faire le vide.

Par ailleurs, Il vaut mieux bien rentrer dans les parties (même si ce n’est pas toujours facile - je parle pour moi !).

En fin de partie, vous pouvez ressentir la fameuse tension de « la peur de gagner », et totalement déjouer. Globalement, le stress, même si c’est une sensation très personnelle, est dû aux même facteurs et se « combat », pour tous, de la même manière.     Gérer le stress :  Le stress est une bonne chose ! Il peut décupler vos capacités, vous emmener à un niveau que vous ne pensiez pas possible d’atteindre.

Qu’est-ce que le bon stress ? Une rage, une envie, une volonté, une sensation de geste parfait qui fait qu’on peut atteindre l’état de « pleine bourre » : Rentrer dans le rond et savoir qu’à coup sûr, on va réussir ce que l’on va tenter...

Je pense que les bases sont la confiance en soi, un état physique parfait, une concentration extrême et une touche de « surnaturel » !
  
 Le mental, à mon avis, est à la base de tout. Il faut travailler ce mental, par l’entrainement et la réflexion et bien se connaître pour identifier le moment où on est en état de mauvais stress.
Vous devez sentir quand vous êtes en état de mauvais stress : Difficulté à respirer, tensions musculaires... C'est dans ces moments, où il faut rester calme, serein et les pieds sur terre. Pour cela, les remèdes sont la respiration et la concentration. Vous trouverez, sur le net, des notions de technique de respiration (ex. : Ce lien, très intéressant).



Pour la concentration, propre à la pétanque, je crois que "faire le vide" et "penser positif" est encore ce qui fonctionne le mieux.
  • Faire le vide : Ne penser à rien... Facile à dire, je sais... 
  • Penser positif : Ne pensez qu'à votre jeu : Pour le pointeur, la manière dont vous allez envoyer, pour le tir, concentrez vous sur votre geste avant de l'exécuter et ne pensez à rien pendant.
    J'aime bien le terme de "bulle". En partie, vous devez être dans cette bulle, ne pas en sortir, et être seulement concerné par le jeu.




Mine de rien, un exercice comme celui améliore aussi le mental :




Conclusion :
Pour arriver à maîtriser son mental, il faut être dans le plaisir et l'instant. Ne pensez pas à gagner, pensez à bien jouer la boule à venir. Maîtrisez-vous lorsque vous jouez mal et ne vous emballez pas quand vous jouez bien. Restez lucide envers vous, vos capacités et celles de vos partenaires. Lorsque vous sentez que "ça va", alors prenez votre pieds et la victoire viendra d'elle même... Ne pensez pas négatif ! N'accablez pas la malchance (même si elle fait partie du jeu...) et, si besoin, provoquez la réussite !


Je souhaiterais finir par cette remarque : Il y a deux phases de jeu à la pétanque :

  • Le point : Demande moins de ressources mentales que le tir pour la simple et bonne raison qu'une boule même pas très bien pointée restera quand même sur le jeu et pourra toujours compter. Par contre, le point demande une application, beaucoup de technique, et une remise en cause de tous les instants. J'estime que, techniquement, il est plus difficile de bien pointer que de bien tirer ! Ne vous y trompez pas, les excellents  pointeurs sont très rares (Même si tout le monde se dit "bon pointeur" !)
  • Le tir : Il faut avoir un bon mental pour maintenir un niveau de tir efficace au long d'une partie. Je dirais même que le niveau de tir doit aller en s'améliorant ! Le plus difficile, psychologiquement avec le tir, c'est qu'il n' y a pratiquement pas de demi mesure : La boule est frappée ou non ! Même si vous tombez juste derrière (boule sautée), ça peut être pas mal tiré mais c'est tout de même manqué. Il est difficile pour un tireur qui commence à "encadrer" de se remettre à bien tirer. Par contre techniquement, j'estime que le tir est plus facile que le point car plus "mécanique"... Une fois réglé et lancé un tireur peut ne pratiquement pas manquer.
En tout état de cause et quelques soient vos pré-dispositions, il vaut toujours mieux... Savoir tout faire !

Retrouvez d'autres articles sur le mental dans le blog.